Recommandations du Cheikh Ahmadou Bamba relatives au Ramadan

Recommandations du Cheikh Ahmadou Bamba
Relatives au mois de Ramadan extraites de son ouvrage
intitulé Le Cordon des Joyaux Précieux (Silkul Jawâhiri)



Sachez que la transgression des recommandations est
interdite durant chaque mois mais elle devient plus
ferme pendant le mois de Ramadan.

D’après certains savants, au jour du
Jugement dernier on amènera un adorateur (de
DIEU) que les anges frapperont ; il se refugiera
derrière le Prophète (Paix et Salut sur
Lui). Ce dernier demandera quel est son péché ?
Il a commis un péché durant le mois de
Ramadan lui répondront- ils. L’Envoyé de
DIEU (Paix et Salut sur Lui) voudra alors intercéder
en sa faveur mais on lui dira : Ô Toi Mohammad
le mois de Ramadan s’est fâché contre
cette Personne. Et l’Envoyé de DIEU dira : ‘’moi
je m’éloigne de toute personne qui est
sous le coup de la colère du Ramadan’’
.

On rapporte qu’un mage avait vu son fils manger
pendant la journée durant le mois du Ramadan
en présence des musulmans, il le frappa et lui
dit : « pourquoi ne respecte-tu pas
l’honorabilité des musulmans durant ce
mois » ? L’homme mourut pendant
la même semaine et le savant de cette contrée
le vit en rêve au Paradis lui posa cette question : « n’étais-tu
pas adepte de la religion des mages ? », « oui,
lui répondit il ; mais au moment de mourir
le Seigneur m’a honoré en me faisant embrasser
l’Islam grâce au respect que je vouais
au mois de ramadan ». 

Notre Maître Mouhammad que la Paix et le Salut
de DIEU soient sur Lui a dit : « les
portes du Ciel et celles du Paradis seront ouvertes
dès la première nuit du mois et ne seront
fermées qu’à la dernière
nuit. »
.

Il n’existera aucun adorateur (de Dieu) qui aura
prié durant une nuit du mois sans qu’on
inscrive pour lui pour chaque prosternation qu’il
aura effectuée la récompense de 1700
bonnes actions et qu’on construise pour lui au
Paradis une maison en rubis qui aura 70 000 portes ;
chaque porte aura deux battants en or décorés
avec du rubis.

Lorsque
l’adorateur (de Dieu) jeûne le
premier jour du Ramadan, les pêchés qu’il
commettra depuis de ce premier jour jusqu’au
dernier seront pardonnés et ceci sera considéré comme
une expiation pour lui. Pour chaque jour qu’il
aura jeûné, Dieu lui construira au Paradis
un château qui aura 1000 portes en or et 70000
anges se consacreront à implorer son pardon
et ce, de l’aube jusqu’au coucher du soleil ;
pour chaque prosternation effectuée, le jour
comme la nuit, on lui plantera au Paradis un arbre
qu’un cavalier ne pourra atteindre les limites
de son ombre pour une durée de 1000 ans de marche.

Toujours d’après le prophète,
sur lui, sur sa famille ainsi que ses compagnons, la
paix et le salut : « si un croyant
se réveille durant le mois du ramadan et se
retourne sur ses flancs, et mentionne le nom de Dieu
un ange lui dit lève-toi que Dieu t’accorde
sa miséricorde. S’il se lève, le
lit lui adresse ces prières « Ô Toi
mon Seigneur, puissiez vous lui accorder des lits majestueux
du Paradis » ; lorsqu’il s’habillera,
les habits prieront en son endroit : « Ô,
Seigneur accorde lui des habits du Paradis » ;
lorsqu’il se chausse, les chaussures formulent à leur
tour cette prière : « Ô Toi
Seigneur maintenez fermement ses pas lors de la traversée
du pont (Siràt) ; lorsqu’il prend
un récipient pour boire, il prie à son
endroit « Ô Seigneur donne lui des
tasses du Paradis ; s’il fait ses ablutions
l’eau priera pour lui en ces termes « Seigneur
purifie- le des pêchés et fautes » et
quand il se tient debout (pour prier) devant son Seigneur,
la chambre prie pour lui « Seigneur illumine
et élargie sa tombe ; Allah, Le Très
Haut le regardera et dira « Ô toi
mon esclave à toi de prier et à nous
d’exaucer.

Toujours on rapporte d’après Lui : « le
sommeil du jeûneur équivaut à une
adoration de DIEU, ses mouvements respiratoires sont
une sanctification de DIEU (Tasbîh), ses
prières seront exaucées, son péché sera
pardonné et la rétribution de ses actions
seront multipliées.

Parmi les actions vivement recommandées pendant
le Ramadan, on note les prières surérogatoires
nocturnes (Tarâwih). La meilleure façon
de les accomplir est d’effectuer douze (12) Rakkas
suivi du Witr ; et ce, chacun selon ses capacités.

Celui qui a mémorisé le Coran et qui
n’a pas d’empêchements, qu’il
récite ce qu’il désire selon sa
possibilité en l’intégrant dans
ce nombre de rakkas béni. Après avoir
effectué ce nombre (12 rakkas), il lui est loisible
de faire d’autres prières surérogatoires
jusqu’à l’aube.

Que le jeûneur récite aussi le Coran
nuit et jour ; ceci renferme des bienfaits immenses.

Il est très recommandé durant le Ramadan
de respecter les prières en assemblée,
d’assister eux séances de zikr (mention
des Noms de DIEU), d’obéir à ses
deux parents en travaillant pour eux s’ils sont
vivants ou de formuler des prières en leur endroit
s’ils ne sont plus. Car toute personne qui aura
assisté à une séance parmi les
assemblées où l’on mentionne les
noms de DIEU (Zikr) durant le ramadan, Allah lui inscrira
pour chaque pas effectué la valeur d’une
année d’adoration exaucée et le
jour du jugement il sera sous l’ombre du trône
du Seigneur (Al carsh) en compagnie du Prophète
Mouhammad, paix salut et bénédiction
sur lui.

Quiconque effectue la prière en assemblée
pendant le ramadan, Allah, le Béni, Le Très
Haut lui donnera pour chaque rakka effectuée
une cité bâtie en lumière. Celui
qui s’emploie au service de ses parents par ses
propres biens, Dieu le regardera d’un œil
de compassion et de miséricorde et le Prophète
paix et salut de Dieu, Le Très Haut sur lui,
sera son protecteur.

Il est aussi très recommandé pendant
le mois de Ramadan que la femme recherche l’agrément
de son époux. Ainsi, elle obtiendra les récompenses
des deux pieuses que sont Mariam et Assiyah, que l’agrément
de Dieu soit sur elles et sur toute autre qui a effectué une œuvre
pareille aux leurs parmi les vertueuses.

On recommande fortement aussi de s’efforcer
durant le mois de Ramadan de subvenir aux besoins des
autres selon la mesure de ses possibilités.
Celui qui subvient au besoin d’un musulman, Dieu
le récompensera pour chaque pas effectué de
soixante dix (70) bonnes actions et lui effacera soixante
dix mauvaises autres. Il est dit dans un hadith : « Qu’Allah
a des créatures qu’Il a uniquement créées
pour les besoins des hommes. Les gens font recours à eux
dans leurs besoins, ceux là sont véritablement à l’abri
du châtiment de Dieu ».

Toute pratique obligatoire effectuée durant
le ramadan équivaut à l’affranchissement
d’un esclave et l’exécution de soixante
dix œuvres obligatoires (farà’id)
durant un autre mois.

C’est le mois durant lequel on augmente les
bienfaits des croyants ; celui qui donne à manger à un
jeûneur au moment de la rupture est comparable à une
personne ayant affranchi un esclave.

Le début du mois de ramadan est une miséricorde,
son milieu constitue l’absolution des péchés
et sa fin une rançon contre l’enfer.

Celui qui donne à manger à un jeûneur
au moment de la rupture durant le ramadan à partir
d’un bien licitement acquis, les anges prieront
sur lui durant toutes les nuits du mois et Seyyidinâ Djibril
que le salut soit sur lui, priera aussi sur ce lui
et lui serrera chaleureusement la main.

Il est indispensable pour le jeûneur de prendre
soin des membres de son corps contre les plaisirs charnels
et les péchés de l’aube jusqu’au
coucher du soleil. S’agissant des plaisirs, ils
sont licites après le coucher du soleil, mais
quant aux péchés ils ne le seront jamais
durant le Ramadan ou pendant un autre mois.
Le Prophète paix et salut sur lui, disait pendant
le Ramadan :

« 
Alla humma rabba ramadâna sallim lî ramadâna
wa salimnî li ramadân wa sallihu minnî wa
sallimnî minhu wajcalhu mutaqabbalan »

Le Ramadan est le cœur de l’année,
s’il est sauf toute l’année le sera.
Quiconque lit la sourate Al Fathi (L’ouverture
Eclatante, sourate 48)
durant la première nuit
du mois sera protégé toute l’année
grâce à cette prière.

Que le jeûneur s’évertue à hâter
sa rupture après s’être assuré du
coucher du soleil et à retarder son abstinence
dans la dernière partie de la nuit. Qu’il évite
de remplir son ventre d’aliments et de boisson,
qu’il prenne garde de sa langue contre les paroles
vaines et abaisse son regard et formule la prière
suivante à la rupture du jeûne : « Ô Toi
mon Seigneur, c’est pour Ta face que je jeûne,
c’est aussi en Toi que je crois, je me soumets à Toi
et je romps mon jeûne par Tes bienfaits »
.
S’il le fait, sa soif sera étanchée,
sa sueur desséchée et sa rétribution
perdurera s’il plait à Dieu.

En rompant le jeûne que le jeûneur débute
par des dattes si possible, ceci renferme une grande
bénédiction ou à défaut
par de l’eau pure. Quiconque rompt son jeûne
par des dattes on augmentera à sa prière
les récompenses de quatre cent (400) autres.
Celui qui n’a pas de dattes qu’il rompt
avec quelque chose d’agréable si possible.

Efforcez-vous de suivre la tradition
(sunna) du Prophète
Mouhammed (Paix et salut sur Lui) et évitez
les innovations sataniques. Qu’Allah, Le très
Haut nous mène sur la voie droite suivie par
ceux là qui ont une félicité éternelle.

Puisse Dieu, maître des créatures accepter
nos prières.

 


LES KHALIFES

logo article Cheikh Mouhammadou Moustapha MBACKE 1927-1945
logo article El Hadji Fadilou MBACKE (1945-1968)
logo article Serigne Abdoul Ahad MBACKE 1968-1989
logo article Serigne Abdoul Khadre MBACKE 1989-1990
logo article Serigne Saliou Mbacke
logo article Serigne El Hadj Mouhammadou Lamine Bara MBACKE (2007 2010)
logo article Serigne Cheikh Sidy Moukhtar MBACKE Actuel Khalif
Complexe Hizbut Tarqiyyah sur la route de Belel Touba, Sénégal
Tel +221 33 975 10 29
Fax: +221 33 975 52 40
Email: info@htcom.sn