L’universalité de la Mission de Cheikh Ahmadou Bamba serviteur du Prophète( Paix et Salut sur Lui)


Mouhammad Rasûlal-lâh , l’Envoyé de DIEU, est à la fois le Seigneur des Envoyés (Imâmul Mursalîna) ; mais il est aussi le Sceau des Prophètes ( Khâtimu-n-nabiîna). Ainsi, toute mission accomplie à Son Nom et dans Son Service s’inscrit dans la chronologie de sa mission qui couvre l’Humanité pour le reste des temps.

L’universalité reste donc son apanage exclusif. Ainsi, après son retour à son SEIGNEUR, l’ensemble des revivificateurs, docteurs de la loi et autres vertueux ne se sont engagés dans son service que dans l’espoir d’impétrer son agrément.

Chacun en ce qui le concerne a fait ses preuves et la rétribution ainsi que l’agrément qui s’en sont suivis ont été sans équivoque. Parmi ces avantages obtenus dans la Mission, une des récompenses les plus ultimes constitue les Wirds (Litanies) que Le Maitre de la Mission apostolique Mouhammad(Paix et Saut sur Lui) a octroyés à certains hommes de DIEU. Ceux-ci en autorisent la pratique à d’autres adeptes pour leur faire bénéficier des avantages qu’ils renferment.

D’autres chefs, moins connus se sont retirés avec des degrés très élevés ou avec des avantages particuliers découlant des bienfaits de leur Patron. Qu’ils soient Imams , Pôles, Revivificateurs ou autres, leurs pratiques sont un legs commun à toute la communauté donc faisant partie de l’héritage de l’Elu et de sa coutume sacrée. Le Cheikh, dans ses « Itinéraires du Paradis » (Masâlikul Jinân) nous en donne la confirmation.

« Chaque Wird conduit le Pratiquant vers l’Enceinte Scellée de DIEU sans déviation. »

Peu importe que ce wird vienne d’Al Jîli (Cheikh Abd Al Qadr), de Ahmad At Tijâni . L’un ou l’autre parmi les Qutb (pôles) car ils sont tous dans la bonne direction. (cf V 271 à 273).

A l’instar des serviteurs précédents, le Cheikh Al Khadîm a commencé par témoigner une marque de respect aux pieux anciens en se conformant à leurs voies. Ceci lui a permi de pratiquer toutes les voies sans exception, jusqu’à recevoir une récompence bien supérieure à celle obtenue par l’initiateur même, le bénéficiaire principal.

Cette quête de bénédiction et sa soif devant la recherche de l’agrément de DIEU lui ont valu d’être promu au grade supérieur de détenteur des voies spirituelles par le Seigneur des créatures Mouhammadu r- Rasulalâh, Guide de tous les vertueux. Cette faveur, il l’a obtenue directement et en état de veille à la différence des autres.

« DIEU m’a disposé au nom de l’Effaceur [des pêchés] ses Voies spirituelles [Tarâ’iq] sur lui la Prière de CELUI QUI met hors de portée ce [secret] qu’Il Préserve. »
(Mimiyah vers 53)

Voilà un exemple qui confirme davantage son engagement dans la voie du Prophète (Paix et Saut sur Lui) et les bienfaits qu’il en a obtenus. Promu a un rang de vertueux, doublé d’une personnalité publique, l’ensemble des appels qu’il a lancés s’adressent à tous les musulmans partout où ils se trouvent et de quelque conféssion qu’ils puissent se réclamer.

En recevant l’ordre de son Seigneur de revivifier et de réhabiliter la Voie du Prophète,(Paix et Saut sur Lui) l’appel fut une obligation pour lui d’autant plus que l’adhésion à cette voie était une garantie sûre pour le salut d’ici-bas et de l’au-delà et en même temps, un rempart contre la déchéance.


Sa déclaration était entendue de partout et par tout le monde. Il l’ a dite de façon à la fois publique et solennelle :

« DIEU m’a donné l’ordre de proclamer que je suis un asile et un recours.

Quiconque veut le bonheur ici-bas et dans l’Au-dela doit chercher refuge auprès de moi ».

Le bonheur qu’il promettait découlait bien sûr du service exceptionnel qu’il a rendu à l’Elu.

L’ensemble des adeptes qui se sont confiés à lui pour la seule face de DIEU n’ont fait que perpétuer l’œuvre des engagés spirituels (Sâlikîn). Toujours dans ses « Itinéraires du Paradis » (Masâlikul Jinân), le Cheikh rappelle l’engagement que les pieux anciens avaient fait entre les mains d’un éducateur spirituel (Shaykh murabbi) comme gage du salut du novice.

« Quiconque n’a jamais été éduqué(formé) par un directeur spirituel rencontrera des épreuves (terribles).

Car celui qui n’a aucun guide valable, Satan se charge de le diriger partout où il passe dans les voies de la perdition (vers 294 et 295) ».

Ainsi tous les serviteurs sont cramponnés au Maitre de la Mission, la porte de la rectitude (Bâbul hudâ) et appellent les fidèles vers lui sans déviation aucune. Le Cheikh Ahmadou Bamba n’a pas dérogé à la règle car tout appel qu’il a lancé, l’a été sur instruction ferme et strictement sur ordre de son Seigneur. Ecoutons le à ce propos :

« Comment pourrais-je réussir la louange du Vivificateur alors que sa louange défie les sagaces ?

Seulement je lance un appel à tous les adorateurs vers mon pilier sans rapatriement.

Ô peuple de la terre ferme ! Ô peuple des mers ! accourez à l’Excellent (Prophète) Qui est un océan de générosité. »

(In les Dons du Profitable dans les panégyriques de l’Intercesseur Mawahibu N-nâfic fî madâ’ihi sh-shâfic,vers 99 à 101)

Cet appel à la fois solennel et généralisé donne un indice sur la carrure du personnage, le Cheikh en l’occurrence, qui est doté cette fois- ci de prérogatives dépassant le commandement d’un périmètre donné pour s’étendre à toute l’étendue du champs apostolique de l’Elu (Paix et Salut sur Lui.)

Cet aspect très important de l’universalité de sa mission se trouve davantage explicité dans les propos qu’il a tenus dès le début de sa mission en s’adressant à l’ensemble des musulmans :

« Ce n’est point une confrérie que j’ai fondée. J’ai plutôt trouvé que la voie qu’avaient scrupuleusement suivie le Prophéte et ses compagnons était presque entièrement flétrie. Je l’ai défrichée le plus proprement et rénovée dans toute son originalité et j’ai adressé ensuite la vocation qui suit :

Tout pélerin qui désire partir peut venir. Voici la voie réhabilitée. »

Cette déclaration ne laisse plus aucun équivoque sur le Mouridisme dont l’essence reste un message revificateur de l’Islam. De même, rien dans le vocable n’est personnalisé .

A l’opposé des autres voies on ne parle ni de « bambisme » ou « khadimisme », moins encore de« mbackisme », ou une autre attache se référant à son fondateur ; cela confirme davantage son statut transcendant.


Le Cheikh Ahmadou Bamba l’a baptisé Mourîdul Lâhi ou « Ceux qui aspirent à DIEU ».

C’est une voie sans restriction aucune. Aspirer à DIEU est synonyme de bonheur, piété, vertu, bref de toutes les qualités qui font un musulman sincère.

Voilà pourquoi lorsque l’appel a retenti, tous les gens que la Providence divine avait édifiés se sont ruées vers lui de façon irrésistible. Il serait aisé de comprendre l’attirance qu’il excercait sur les foules et les disciples qu’il drainait en se reférant à son statut de Sauveur. Il a déclaré entre autres :


« Si les hommes savaient les avantages qui sont auprès de nous ils s’empresseraient de venir en profiter. Mais c’est parce qu’ils les ignorent qu’ils se laissent distraire par d’autres convoitises ».

Cette adhésion des masses fut constante sur tout son itinéraire au Sénégal comme dans les contrées où il a eu à être déporté - Gabon,(1895/1902), Mauritanie(1903/1907)- et les pays environnants.

Partout des musulmans lui ont confié leur vie et leur biens. Ces adeptes venaient de la société dans toutes ces composantes. Les aristocrates, les dignitaires religieux, les gens issus du petit peuple, les nantis économiquement ; personne ne s’est montré indifférent à son appel.

La multiplicité des origines de ses adeptes, leurs différences éthniques ,raciales voire nationales, ne les empêchaient guère d’être tous des condisciples et confrères sous une tutelle commune. Ils avaient l’avantage d’être éduqué sous les auspices d’un Guide qui avait fait de la défense du Dar Al Islâm un devoir sacré.

Ses ennemis contemporains, les colonialistes français qui dominaient le Sénégal durant la période coloniale, étaient les ennemis les plus acharnés contre l’Islam. Dans les rapports quotidiens qu’ils recevaient de leurs subalternes et autres employés du système colonial, cette administration ne cachait pas sa stupéfaction devant le rythme d’adhésion des musulmans au mouridisme. Dans un télégramme daté de 1925 et provenant du commandant de cercle du Sine Saloum, on pouvait lire :

« Le Mouridisme étend son action partout. Il n y a presque plus un coin du Sine Saloum qui ne renferme quelques mourides. Les colonies mourides sont surtout nombreuses à Gossas, à Guinguinéo, à Kaolack, à Sokone, à Birkelane, à Kaffrine et à Koungheul.

Les Peuls eux mêmes sont travaillés et deviennent rapidement adeptes de la secte. Le serère sollicité aussi se fait mouride, ce qui est grave pour cette peuplade fétichiste. Je rappelle que feu le Bour Sine Coumba Ndoffène visité par les envoyés d’Ahmadou Bamba donnait la dernière année de sa vie des cadeaux au Serigne et lui avait fait don de son magnifique cheval noir.

Il y a un danger dans cette puissance occulte que j’ai pour devoir de signaler. On m’a même dit que des familles de mulâtres attachées par leur origine aux catholicisme avait abandonné cette religion pour embrasser le mouridisme.

Celui-ci est sans qu’on veuille s’en rendre compte un danger pour notre souveraineté un péril pour notre administration. »

Cette attirance des masses peut étonner plus d’un. Mais la réponse peut être trouvée dans le charisme du Serviteur Privilégié du Prophète Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul. Il le dit lui- même dans ses Ecrits :

« DIEU m’a accordé son Assistance, les créatures me suivront sur terre et en mer, car je suis porteur d’un bienfait exempt de préjudice ».

Dans un autre témoignage , provenant cette fois-ci de Jean Martin Arthur LASSELVES, l’administrateur du cercle de Diourbel de 1913 à 1915 , l’étonnement était encore à son paroxysme :

« Le Cheikh détient certes une puissance innée, dont la raison ne parvient pas à saisir la source et expliquer la capacité de forcer la sympathie. La soumission des hommes envers lui est extraordinaire, et leur amour pour lui les rend inconditionnels. Il semble qu’il détient une lumière prophétique et un secret divin semblables à ce que nous lisons dans l’histoire des prophètes et de leurs peuples. Celui-la se distingue toutefois par une pureté de cœur, par une bonté, une grandeur d’âme et un amour du bien, aussi bien pour l’ami que pour l’ennemi ; qualités pour lesquelles ses prédécesseurs l’auraient envié quelque grande que fussent leur vertu, leur piété et leur prestige. Les plus injustes des hommes et les plus ignorants des réalités humaines sont ceux qui avaient porté contre lui de fausses accusations consistant à lui prêter l’ambition du pouvoir temporel. Je sais que les prophètes et les saints, qui ont mené une guerre sainte, l’ont fait sans disposer de la moitié de la force dont dispose ce Cheikh » (Extrait du rapport du 22 Octobre 1915 à Diourbel destiné au gouverneur général)

Ces propos se passent de tous commentaires. Ce qui semble dépasser l’entendement de ces mécréants est le statut de pâtre qu’avait obtenu le Cheikh à qui DIEU avait octroyé la distinction « d’Abreuvoir des assoiffés ».

A la lumière de ces quelques propos ,l’universalité du Mouridisme, son rôle de réhabilitation de l’Islam ,de même que le statut de revivificateur de son Promoteur Cheikh Ahmadou Bamba ne laissent plus aucune équivoque.

Le Gouverneur général de l’Afrique Occidentale Française (AOF), ensemble politique dont faisait partie la colonie du Sénégal, convoqua Cheikh Ahmadou Bamba à Saint Louis et lui soumit un questionnaire en 16 points dont nous vous livrons ci-après le contenu exact.


QUESTIONS DU GOUVERNEUR DE SAINT-LOUIS ET REPONSES DU GRAND CHEIKH

1 - De qui est né, pour la première fois le MOURIDISME ?

Le Mouridisme est né de « La FOI par le TAWÎD, la LOI par le FIQ et la VOIE par le TAçAWWUF »

2 - Quelle est la date de naissance de son Fondateur ?

La naissance de l’Initiateur du Mouridisme, c’est la naissance de tout musulman, dans un quelconque des pays musulmans.

3 - Quel est son lieu de naissance ?

Référez vous à la réponse précédente.

4 - Qui furent ses premiers disciples ?

Ses premiers disciples étaient ceux qui s’attachaient à la quête de la Science

5 - Quel était son objectif ?

Son objectif était la FACE de DIEU, le TRES HAUT le GENEREUX

6 - Quels sont les pays qu’il eut a parcourir ?

Les mourides se rencontrent dans tous les pays musulmans

7 - En quel lieu est-il mort ?

Le lieu de sa mort c’est partout où s’est éteint un Maître parmi les grands Guides des Initiateurs des Voies (Tariqa) en Islam

8 - Quels sont ceux qui pratiquent de nos jours le MOURIDISME ANCIEN ?

Les pratiquants du Mouridisme ancien sont les croyants soumis et bienfaisants où qu’ils se trouvent

9 - Qui fut le premier à vivifier le Mouridisme en Afrique de l’Ouest ?

Celui qui, le premier a vivifié le Mouridisme en Afrique : c’est le Cheikh Abdou Khadr Al Djili, c’est le Cheikh Abdoul Hassan Ash Shadhili, c’est le Cheikh Ahmed At-Tidjani (Que DIEU soit satisfait d’eux)

10 - Par quel pays cette voie s’est elle introduite en Afrique ?

Elle s’y est introduite par l’action des Cheikhs parvenus en DIEU et appelés à conduire vers lui (Qu’ils soient glorifiés) où qu’ils se trouvent.

11 - Dans quelle contrée de l’Afrique les mourides sont-ils prédominants ?

Il ne reste plus dans aucun pays un homme réellement préoccupé par cette voie droite.

12 - Qui étaient les premiers disciples de ce vivificateur ?

Ce sont ceux qui désirent la FACE de DIEU depuis l’avènement de son Prophète (Paix et Salut du Lui) jusqu’à nos jours.

13 - Quel est l’historique du Mouridisme ?

Son historique embrasse la période qui s’étend de l’hégire du Prophète à l’an 1345 H. (1927)

14 - Quels son ses chefs actuels ?

En vérité, il n’en reste pas un seul.

15 - Quels sont les origines de ce CHEIKH-ci ?

Ses origines remontent aux premiers croyants et bienfaisants

16 - Quand est-ce que ce Cheikh s’est-il affilié au Mouridisme ?

Il a connu cette voie de ceux qu’il avait cru en être les véritables tenants jusqu’au jour où il lui apparut qu’il n’en était point ainsi.

En effet DIEU le TRES HAUT suscita son Eloignement en mer (Exil), où il reçut sans intermédiaire aucun, les trois wirds de l’Envoyé de DIEU pour l’important service qu’il lui a rendu. Et par la même occasion, DIEU TRES HAUT fit du CORAN et de l’ISLAM deux concessions en sa faveur.

DIEU EST GARANT DE CE NOUS DISONS.

A la lumière des réponses précises et sans complaisance point n’est plus besoin de commentaires sur le statut du mouridisme qui est et demeure la revivification de l’Islam sous la houlette du Meilleur Serviteur du Prophète Cheikh Ahmadou Bamba.



LES KHALIFES

logo article Cheikh Mouhammadou Moustapha MBACKE 1927-1945
logo article El Hadji Fadilou MBACKE (1945-1968)
logo article Serigne Abdoul Ahad MBACKE 1968-1989
logo article Serigne Abdoul Khadre MBACKE 1989-1990
logo article Serigne Saliou Mbacke
logo article Serigne El Hadj Mouhammadou Lamine Bara MBACKE (2007 2010)
logo article Serigne Cheikh Sidy Moukhtar MBACKE Actuel Khalif
Complexe Hizbut Tarqiyyah sur la route de Belel Touba, Sénégal
Tel +221 33 975 10 29
Fax: +221 33 975 52 40
Email: info@htcom.sn