Le rôle apostolique du Prophète dans la transmission du message par l’écriture

L’hagiographie Islamique nous apprend qu’à chaque fois que l’Envoyé recevait une Révélation, c’est-à-dire un fragment de la Parole de DIEU (Coran), Il faisait venir aussitôt un scribe pour la lui dicter.

C’est depuis lors d’ailleurs qu’Il a entrepris dans son service, de veiller sur ce Trésor et sur les voies et moyens qui devraient faciliter la transmission fidèle (at-Tablîgh) qui est un des Attributs de l’Envoyé de DIEU.

C’est lui-même qui avait la charge de faire la connexion d’un fragment par rapport à l’antécédent ou au suivant, en quelque sorte, c’est lui qui indiquait leur ordre chronologique. C’est lui qui, d’autre part, encourageait les scribes à la multiplication des exemplaires de ces fragments.

Dans le chapitre des Prophètes (in "Mawâhibul Quddûs" ou "Les Dons du TRES SAINT"), CHEIKH AHMADOU BAMBA nous parle des Attributs indispensables à l’égard des Prophètes, à savoir : la SINCERITE, la FIDELITE et la TRANSMISSION DU MESSAGE, respectivement définies de la façon suivante :

rapporter quelque chose d’authentique dans toute son originalité ;
préserver absolument l’ensemble des organes de toute action proscrite par le MAITRE des Cieux, qu’elle soit haïssable ou illicite ;
et l’accomplissement loyal de la Mission à transmettre aux créatures.
C’est pourquoi, lorsqu’une Révélation parvenait à notre Seigneur MOUHAMMAD Rasûla-l-Lâh, il appelait aussitôt un scribe pour lui dicter le fragment qui lui provenait fraîchement de la Sagesse Divine.

Oui, l’écriture d’abord, car la Révélation est une science que l’inspiré n’oublie certes pas, mais les créatures qui n’ont pas atteint ce stade d’Homme Parfait (Insânul Kâmil) et qui sont, quant à eux, de nature versatile, ont besoin de l’écriture pour mémoriser le Texte de cette Révélation.

Le Prophète prépara donc ses premiers Compagnons de telle sorte que quelque soient les retouches apportées aux moyens de transmission ultérieurement, le Message restera authentique.

Alors, toutes les techniques de graphie et l’Art de la Calligraphie en général ne doivent, dans leur conception, que permettre de rapporter la chose authentique dans toute son originalité - à l’image de la Sincérité d’un Prophète qui, malgré l’hostilité, la menace ou la persécution, transmet de façon sincère le Message - d’autant plus que les scribes sont susceptibles de la corrompre, de la tronquer ou tout bonnement de la travestir.

Ensuite, quand et comment la Fidélité et la Transmission du Prophète ont-elles besoin de l’écriture dans le cadre de la Mission de celui-ci ?

Avant d’entamer notre raisonnement sur la Fidélité et son intéraction avec l’écriture, nous rappelerons brièvement les définitions respectives que le Cheikh donne des contraires de la trilogie : Sincérité, Fidélité et Transmission. Il nous dit :

"Les contraires de tels Attributs sont inadmissibles à l’endroit des Prophètes, sur eux la Meilleure Prière"

"C’est-à-dire : le Mensonge, le Parjure, en accomplissant quelque chose de prohibé, de haïssable ou d’illicite"

"Le troisième (des contraires), c’est dissimuler quelque chose que le MAITRE DU TRONE ordonne de transmettre aux créatures."

(In "Mawâhibul Quddûs - vers 270, 272 et 273)

Le Cheikh nous dit encore dans les rapports entre ces Attributs :

"Quant à la démonstration de ces rapports, elle consiste à examiner sept cas à la fois usités"

"Comme des imperfections à l’égard de Ses (DIEU) Nobles Envoyés, sur eux les Meilleurs Salut et Paix"

"A savoir : qu’ils substituent exprès, de même qu’ils augmentent délibérément (le Message) ; réfère-toi au Coran"

"Qu’ils substituent par inadvertance ou qu’ils dissimulent à dessein"

"Qu’ils augmentent par erreur, contreviennent aux

Ordres de DIEU ou dissimulent par erreur"

"Et chacun des trois Attributs récusent systématiquement le premier car à l’égard des élus, ne discute pas"

"Car la Substitution tient lieu de pur Mensonge et à cause de cela, la Sincérité la récuse nécessairement"

"Et le fait qu’elle soit prohibée quand elle est intentionnelle est la raison pour laquelle l’Attribut de la Fidélité la récuse, tiens-toi à cela !"

"Et quand la Substitution a lieu, elle équivaut à dissimuler (la Vérité à transmettre), fréquente celui qui connaît"

"C’est à cause de cela que l’Attribut de Transmission Authentique l’exclut à l’égard des Envoyés ;

perçois, ô toi bonhomme !"

"Puis l’Augmentation (du Message) intentionnelle est récusée par l’Attribut de Sincérité et par celui de la Fidélité qui sont établis"

"Mais non par l’Attribut de la Transmission (du Message), c’est parce qu’elle est un Mensonge que la Sincérité des élus l’exclut"

"Et le fait que l’Augmentation Délibérée (du Message) soit une prohibition qui le corromprait (le Prophète) est la raison de son exclusion par la Fidélité"

"Et point elle n’est une Dissimulation (de la Vérité), pour que leur Transmission de la Révélation l’empêche d’avoir lieu"

"Car il y a eu Transmission, au point d’augmenter ; professe l’UNICITE du SEIGNEUR et tu réaliseras tes desseins"

"Puis, Substituer par inadvertance est exclu par la Sincérité et la Transmission, selon ce qui est établi"

"Mais non par la Fidélité ; à cause du fait qu’il est considéré comme un Mensonge, la Sincérité est habillée à l’exclure"

"Car elle (la Substitution par erreur) fait office de Dissimulation et pour cela, elle est repoussée par la

Transmission, retiens cela et ceci"

"Et, n’étant point intentionnelle, elle n’est point récusée par la Fidélité, ô toi l’intelligent !"

"La Dissimulation exprès est récusée pour eux par l’Attribut de Fidélité - sache-le ! - et par leur Transmission du Message"

"Et non par leur Sincérité - sur eux, tout le temps, les deux plus Pures Prières provenant de DIEU qui est l’UNIQUE"

"Car elle (la Dissimulation) ne s’identifie pas à la Transmission du Message et c’est à cause de cela que son exclusion par la Transmission est reconnue auprès d’eux (les Théologiens)"

"Et le fait que la Dissimulation Intentionnelle soit une prohibition évidente, est la cause pour laquelle son exclusion par la Fidélité est percevable"

"Et la Dissimulation ne s’identifie pas au Mensonge commis pour que la Sincérité puisse l’exclure"

"Car son auteur n’a rien divulgué, sache faire la distinction, tu seras favorisé, ô mon ami !"

"Puis l’Augmentation par erreur est exclue par la Sincérité, à l’exception de tout autre Attribut, selon ce qui est authentique"

"Du fait qu’elle est un Mensonge, elle est pour cela exclue par la Sincérité des Envoyés de DIEU, d’après ce qui est intelligible"

"Et le fait qu’elle n’est pas délibérée empêche son exclusion par l’Attribut de la Fidélité, même si elle a lieu"

"Et point on ne verra son exclusion par la Transmission (du Message), car elle ne s’identifie pas à la Dissimulation"

"Parce qu’Il (le Prophète) a bien transmis ce qu’on lui a ordonné de transmettre et a augmenté par la suite, retiens ce qui est établi"

"Quant au fait de contrevenir à l’Ordre de DIEU (dans une faute) autre que le Mensonge, provenant de la langue d’un négligent"

"Il est récusé par leur Attribut de Fidélité strictement et non par la Transmission et la Sincérité, sans leurre"

"Car le fait qu’il soit prohibé est rapporté et c’est à cause de cela que son exclusion par la Fidélité est perceptible"

"Mais il ne s’identifie pas au Mensonge commis, pour que la Sincérité le rejette"

"Et la Transmission ne l’exclut pas non plus, parce qu’il ne s’identifie pas à la Dissimulation, retenez cela"

"Car Il (le Prophète) n’a pas fomenté une information sur quelque chose, qu’il soit latent ou manifeste"

"La Transgression quant à elle, s’assimile à quelque chose comme l’adultère ou le regard porté sur unefemme avec qui on n’a aucun lien licite, et à tout ce qui est considéré"

"Comme interdit par notre SEIGNEUR - j’exalte Sa Gloire ! - tel que supprimer une vie contrairement aux principes de la Loi Musulmane"

"Ensuite, la Dissimulation par inadvertance est exclusivement récusée par la Transmission (du Message), d’après ce qui est défini"

"Du fait que celle-ci n’est pas une Transmission de facto, elle est exclue à leur égard par l’Attribut de Transmission dès qu’elle se présente"

"Mais elle ne s’identifie pas au Mensonge qui est commis, pour que la Sincérité l’exclut"

"Car celui qui dissimule n’a point rapporté d’informations, comme cela réitéré dans ce qui est sus-mentionné"

"Le fait qu’elle n’est pas délibérée interdit son exclusion par la Fidélité comme sus-indiqué"

"C’est là que s’achève notre éclaircissement concernant cette trilogie et ce, de manière détaillée, comme l’a rapporté celui qui s’est consacré à l’investigation."

(In "Mawâhibul Quddûs - du vers 278 au vers 321)

Cette démonstration du Cheikh est suffisante pour prouver que si Prophète laissait à son peuple une écriture comportant augmentation, diminution, dissimulation, inadvertance ou erreur, son Texte ne serait plus ni scripturaire, ni authentique et ces cas d’espèces seraient pour le Messager des indices d’imperfection, ce qui est inadmissible à leur égard ; le Cheikh nous le confirme :

"Les Prophètes de DIEU sont impeccables ; quant aux Saints Hommes de DIEU, ils sont bien protégés."

"Ils partagent l’impeccabilité, mais celle des Saints est une possibilité, alors que pour les Prophètes, c’est une nécessité absolue."

(In "Mawâhibul Quddûs - vers 372 et 373)

Si nous considérons l’évidence de ces Attributs qui garantissent aux Prophètes leur impeccabilité, on admet alors l’enseignement hautement théologique dans lequel le Cheikh recommande :

"Avoir une conviction inébranlable en ce que proclame un Prophète est obligatoire, à l’inverse de ce que dit un Saint."

Donc, dans cette perspective, on perçoit l’importance de la Calligraphie par rapport à ces deux Attributs (Fidélité et Transmission), car en déformant une Parole transmise par le Prophète, le Scribe peut égarer et nuire au statut de ce dernier.

Comment la Calligraphie et les techniques de graphie du Coran, dans tous ses aspects, ont-elles été définies par le Prophète Mouhammad (PSL) ?

En considérant que la Fidélité est un Attribut qui lui permet de préserver l’ensemble de ses organes de toute action proscrite par DIEU, qu’elle soit haïssable ou illicite, on en déduit qu’après avoir proclamé, il a ensuite confirmé par ses actes ce que le scribe ne peut pas travestir.

Le Cheikh nous dit en parlant de la preuve de la Fidélité qui leur revient :

"Si par violation, Ils faisaient un acte prohibé ou un acte haïssable, partout où ils se trouvent, notre obéissance envers eux se convertirait alors en actes haïssables et prohibés."

(In "Mawâhibul Quddûs - vers 382, 383)

Par conséquent, avant la phase de la Transmission qui se fait par l’écriture, c’est la Fidélité et la Sincérité qui font le traitement du Texte, la Transmission étant la publication de ce dernier.

Comment l’écriture réalise t-elle la Transmission qui est l’accomplissement loyal du Message à transmettre aux créatures ?

C’est par le fait que l’écriture atteigne des générations futures, atteigne des horizons lointains, fasse accéder au Message des gens qui n’ont pas vu le Prophète.

C’est alors qu’on comprend qu’il a transmis le Message en prenant la Communauté à témoin, le Coran était incrusté dans son cœur et dans sa mémoire, il était le Tableau de bord du Coran.

Presque chacun de ses scribes - il en avait officiellement 17 - gardait une partie bien structurée du Livre Saint. Chacun de ces derniers était conscient que seule la diffusion de cette Littérature Sacrée était la préoccupation majeure du Prophète. Ce n’était pas leur monopole, mais ils étaient, en un mot, les centres de dispatching, de propagation des exemplaires de fragments qu’ils détenaient.

D’ailleurs, comment ces scribes pouvaient-ils être jaloux du trésor qu’ils détenaient ?

On sait que chacun d’eux avait besoin de recopier la partie que détenaient ses collaborateurs, par conséquent, ils ne pouvaient qu’être généreux et disponibles pour le prodiguer à ceux qui recouraient à eux pour s’acquitter de leurs Obligations Religieuses et respecter la réglementation Coranique dans leur vie quotidienne.

D’ailleurs, CHEIKHOUL KHADIM a hérité cette Noble Tradition, car on rapporte qu’il partageait très souvent la Calligraphie d’un Muçhaf entre plusieurs scribes.

Serigne Abdoul Ahad Mbacké, le 3ème Khalif de SERIGNE TOUBA, nous le confirme dans son discours du mercredi 18 mars 1987 (17 Rajab l’an 1407 H.) en disant :

"Il arrivait au Cheikh un beau matin d’ordonner aujourd’hui, je voudrais que l’on me fasse une copie manuscrite d’un Muçhaf ; aussitôt après, les scribes qui étaient dans la séance se la partageaient et en exécutaient la Calligraphie".



LES KHALIFES

logo article Cheikh Mouhammadou Moustapha MBACKE 1927-1945
logo article El Hadji Fadilou MBACKE (1945-1968)
logo article Serigne Abdoul Ahad MBACKE 1968-1989
logo article Serigne Abdoul Khadre MBACKE 1989-1990
logo article Serigne Saliou Mbacke
logo article Serigne El Hadj Mouhammadou Lamine Bara MBACKE (2007 2010)
logo article Serigne Cheikh Sidy Moukhtar MBACKE Actuel Khalif
Complexe Hizbut Tarqiyyah sur la route de Belel Touba, Sénégal
Tel +221 33 975 10 29
Fax: +221 33 975 52 40
Email: info@htcom.sn