SOURATE 14 IBRAHIM(ABRAHAM)(1) 52 versets Pré-hég. nº 72

SOURATE 14 IBRAHIM(ABRAHAM)(1)
52 versets Pré-hég. nº 72

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

1. Alif, Lām, Rā(2). (Voici) un livre que nous avons fait descendre sur toi, afin que - par la permission de leur Seigneur - tu fasses sortir les gens des ténèbres vers la lumière, sur la voie du Tout Puissant, du Digne de louange.

2. Allah, à qui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Et malheur aux mécréants, pour un dur châtiment [qu’ils subiront].

3. Ceux qui préfèrent la vie d’ici-bas à l’au-delà, obstruent [aux gens] le chemin d’Allah et cherchent à le rendre tortueux, ceux-là sont loin dans l’égarement.

4. Et Nous n’avons envoyé de Messager qu’avec la langue de son peuple, afin de les éclairer. Allah égare(3) qui Il veut et guide qui Il veut. Et, c’est Lui le Tout Puissant, le Sage.

5. Nous avons certes, envoyé Moïse avec Nos miracles [en lui disant] : « Fais sortir ton peuple des ténèbres vers la lumière, et rappelle-leur les jours d’Allah ». [Ses bienfaits]. Dans tout cela il y a des signes pour tout homme plein d’endurance et de reconnaissance.

6. (Rappelle-toi) quand Moïse dit à son peuple : « Rappelez-vous le bienfait d’Allah sur vous quand Il vous sauva des gens de Pharaon qui vous infligeaient le pire châtiment. Ils massacraient vos fils et laissaient en vie vos filles. Il y avait là une dure épreuve de la part de votre Seigneur »,

7. Et lorsque votre Seigneur proclama : « Si vous êtes reconnaissants, très certainement J’augmenterai [Mes bienfaits] pour vous. Mais si vous êtes ingrats(4), Mon châtiment sera terrible ».

8. Et Moïse dit : « Si vous êtes ingrats, vous ainsi que tous ceux qui sont sur terre, [sachez] qu’Allah Se suffit à Lui-même et qu’Il est digne de louange ».

Commentaire

A l’exception des versets 18 et 29 de la sourate « Abraham », qui furent révélés, après l’hégire, au noble Messager de Dieu, le vénéré Mohammad, (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants), tous les autres versets de cette sourate sont mecquois.

La sourate XIV du noble Coran comporte 52 versets.
De nombreux versets de la sainte sourate « Abraham » nous parlent de l’histoire du vénéré Abraham, (béni soit-il), et des trois grandes religions abrahamiques, à savoir, le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam.

Alif, Lam, Ra . Voici un livre que Nous avons fait descendre sur toi, afin que - par la permission de leur Seigneur - tu fasses sortir les gens des ténèbres vers la lumière, sur la voie du Tout Puissant, du Digne de louange. (14:1)


À l’instar de 28 autres sourates du noble Coran, la sainte sourate « Abraham » commence par des lettres de l’alphabet arabe. Selon les exégètes du noble Coran, ces lettres de l’alphabet, en tête des sourates coraniques, sont des codes secrets, et, dans la plupart des cas, ces lettres sont suivies par le nom du Coran ou une allusion directe au Livre céleste et à sa révélation au noble Messager de Dieu, le vénéré Mohammad, (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants).


Les commentateurs du Livre saint estiment, souvent, que ces lettres de l’alphabet sont des codes secrets, qui font allusion au fait que le saint Coran est le miracle le plus somptueux et le plus parfait que le vénéré Prophète de l’Islam apporta aux humains, grâce à la volonté du Seigneur.


D’autant plus que la répétition des lettres de l’alphabet arabe, en tête de plusieurs sourates coraniques, est, également, un défi lancé à l’adresse de ceux qui nient le caractère miraculeux du Coran, pour qu’ils sachent qu’ils ne seront jamais capables de faire un Livre semblable au Coran, qui est la parole du Seigneur révélée à Son plus noble messager.


Le verset 1 de la sourate XIV du Livre saint nous dit que l’objectif des Prophètes et des Livres révélés par Dieu était de libérer les humains de leurs tentations diaboliques et de la domination des rebelles et des tyrans. En outre, la révélation luttait contre les superstitions et les mauvaises traditions, pour guider les gens des ténèbres vers la lumière.


Voici, maintenant, le verset 2 de la sainte sourate « Abraham »

Dieu, à qui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Et malheur aux mécréants, pour un dur châtiment qu’ils subiront.

(14:2)
Après avoir affirmé la place du Livre révélé dans la guidance des gens, dans le premier verset de la sourate XIV, Dieu le Très-haut dit, dans le verset 2 de la sainte sourate « Abraham » que le Livre est envoyé par le Dieu unique qui est le Créateur des cieux et de la terre, et de tous les êtres vivants, dont les humains. Ceux qui croient, profiteront de la Miséricorde divine, tandis que les mécréants subiront un dur châtiment.
Ceux qui nient Dieu ont-ils des raisons justifiables, pour mécroire, ou se soumettent-ils à leurs désirs et tentations médiocres ? La mécréance pousse les humains vers la décadence et la corruption.

Ceux qui préfèrent la vie d’ici bas à l’au-delà, obstruent aux gens le chemin de Dieu et cherchent à le rendre tortueux, ceux-là sont loin dans l’égarement.

(14:3)
Dans le verset 3 de la sainte sourate « Abraham », le saint Coran nous décrit l’origine du rejet, par les mécréants, du chemin que leur indiquaient les messagers de Dieu. Les jouissances de ce bas monde et la soumission aux tentations sataniques sont les vraies raisons de la mécréance et du reniement de la révélation.


Ces gens-là ne pensent qu’à jouir, comme ils l’entendent, des bienfaits matériels, sans se contraindre à se soumettre aux lois et aux règles que leur apprend le Créateur de ce monde.
 En effet, si la religion s’était limitée au cadre d’une série de croyances, sans que le fidèle soit contraint à respecter, dans la pratique, certaines lois et règles, beaucoup de gens auraient été comptés parmi les fidèles. Et c’est exactement pour ne pas s’engager, pratiquement, à respecter ces règles que la plupart des humains nient la religion. Le pire, c’est qu’ils s’efforcent de pousser les autres vers l’égarement et de les empêcher de s’engager sur le chemin du juste et de la vérité.

Et Nous n’avons envoyé de Messager qu’avec la langue de son peuple, afin de les éclairer. Dieu égare qui Il veut et guide qui Il veut. Et, c’est Lui le Tout Puissant, le Sage.

(14:4)
Dans les passages précédents, nous avons lu les trois premiers versets de la sainte sourate « Abraham » qui nous ont dit que Dieu avait révélé au noble Prophète de l’Islam, le vénéré Mohammad, (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants), le noble Coran, en arabe.
 En outre, ces versets nous ont dit que Dieu châtiera, dans le monde et dans l’au-delà, ceux qui tournent le dos à la religion et à l’appel des Prophètes, en préférant se contenter des plaisirs de ce bas monde. 
Dans le verset 4 de la sainte sourate « Abraham », Dieu dit qu’Il avait envoyé à chaque peuple, un messager, afin qu’il invite les gens à adorer Dieu et à se soumettre à Sa volonté, dans leur langue, et ce, pour que les mécréants ne puissent pas prétexter qu’ils n’avaient pas compris le message.
Celui qui ferme ses yeux sur la vérité et qui prend le chemin de la dérive et de l’égarement, verra, sans aucun doute, les résultats néfastes de son choix, durant sa vie terrestre et dans sa vie éternelle. Par contre, ceux qui croient dans le message divin, et qui se soumettent à la volonté de Dieu et aux enseignements de Ses messagers, jouiront de la grande récompense que Dieu leur réserve, tant, dans ce monde, que dans l’au-delà. En effet, si le verset 4 de la sainte sourate « Abraham » dit que Dieu égare qui il veut et qu’Il guide qui Il veut, c’est pour mettre l’accent sur le fait que ce sont les rebelles et les mécréants, qui s’obstinent, dans leur égarement, jusqu’à ce qu’ils se privent, eux-mêmes, de la guidance et de la clémence du Seigneur. Si c’était Dieu qui avait voulu les égarer, Il aurait pu ne jamais envoyer le Livre et Ses messagers, pour les guider.

Voici, maintenant, le verset 5 de la sourate XIV du noble Coran :


Nous avons certes, envoyé Moïse avec Nos miracles en lui disant : “Fais sortir ton peuple des ténèbres vers la lumière, et rappelle-leur les jours de Dieu et Ses bienfaits”. Dans tout cela, il y a des signes pour tout homme plein d’endurance et de reconnaissance.

(14:5)
Après avoir souligné, dans le verset 4, la tradition divine, qui consistait à envoyer des messagers, pour guider les gens, le verset 5 de la sainte sourate « Abraham » donne l’exemple du vénéré Moïse, (béni soit-il), que Dieu avait révélé, pour qu’il appelle les gens à adorer le Seigneur, en s’appuyant sur les miracles que Dieu l’avait autorisé à faire, pour dire à son peuple de n’adorer que Dieu unique, au lieu d’idoles. Dieu chargea, également, le vénéré Moïse de libérer son peuple du joug du pharaon.


Dieu chargea, aussi, le vénéré Moïse, de dire à son peuple de se rappeler les bienfaits du Seigneur, à l’époque où ils s’étaient égarés, de nouveau, après avoir cru.
En réalité, le verset 5 de la sainte sourate « Abraham » fait allusion à l’époque où, grâce au Seigneur, les Israélites avaient quitté l’Egypte, tandis que Dieu avait noyé leurs ennemis dans la mer. Pourtant, les Israélites finirent par oublier les bienfaits du Seigneur, d’où la colère de Dieu, qui les condamna à quarante ans d’errance, dans le désert, afin qu’ils se souviennent de la bienfaisance du Seigneur, à leur égard, et qu’ils se repentent de leur ingratitude.
Le verset 5 de la sourate XIV du noble Coran souligne que, dans cette épreuve, il y avait des signes évidents, pour ceux qui étaient endurants et qui se sentaient redevables envers le Seigneur. Ce verset, nous apprend, donc, à être reconnaissants envers Dieu, pour Ses bienfaits, et à être patients et endurants envers les épreuves divines.

Rappelle-toi quand Moïse dit à son peuple : “Rappelez-vous le bienfait de Dieu sur vous quand Il vous sauva des gens de Pharaon qui vous infligeaient le pire châtiment. Ils massacraient vos fils et laissaient en vie vos filles. Il y avait là une dure épreuve de la part de votre Seigneur”.

(14:6)
Le verset 6 de la sainte sourate « Abraham » indique que le vénéré Moïse, (béni soit-il), rappela à son peuple les bienfaits du Seigneur, le jour où Dieu sauva les Israélites des gens du pharaon, à l’époque où ils massacraient les fils des Israélites et laissaient en vie, seulement, leurs filles, pour les exterminer.
Le verset 6 de la sourate XIV du noble Coran souligne que ce fut une très grande épreuve, pour les Israélites, afin qu’ils fassent preuve de patience et d’endurance, devant ce malheur.
Ce verset nous apprend que la liberté est un grand bienfait du Seigneur, pour les hommes, et que d’en être privé peut être l’une des plus grandes épreuves divines


Et lorsque votre Seigneur proclama : “Si vous êtes reconnaissants, très certainement J’augmenterai Mes bienfaits pour vous. Mais si vous êtes ingrats, Mon châtiment sera terrible”.

(14:7) Et Moïse dit : “Si vous êtes ingrats, vous ainsi que tous ceux qui sont sur terre, sachez que Dieu Se suffit à Lui-même et qu’Il est digne de louange”.

(14:8)
Dans les passages précédents, nous avons lu des versets de la sainte sourate « Abraham » qui nous ont relaté que Dieu chargea son vénéré messager, Moïse, (béni soit-il), de rappeler à son peuple les bienfaits du Seigneur, à l’époque où ils étaient massacrés et persécutés par le pharaon et ses hommes.
Dans les versets 7 et 8 de la sourate XIV, le noble Coran nous apprend que la reconnaissance envers les bienfaits de Dieu les augmentera, tandis que l’ingratitude envers la miséricorde et la clémence divines, privera les ingrats des bienfaits de Dieu, qui les châtiera, comme le soulignent les versets 7 et 8 de la sainte sourate « Abraham ».
La reconnaissance envers le Seigneur peut être verbale, sous forme de prières, tandis qu’elle pourra, également, prendre une forme active, comme la charité ou les œuvres caritatives.
En outre, les versets 7 et 8 de la sourate XIV du noble Coran nous apprennent que Dieu n’a nullement besoin de la reconnaissance de Ses créatures.


Ne vous est-il pas parvenu le récit de ceux d’avant vous, du peuple de Noé, des Aad, des Tamud et de ceux qui vécurent après eux, et que seul Dieu connaît ? Leurs messagers vinrent à eux avec des épreuves, mais ils dirent, ramenant leurs mains à leurs bouches : “Nous ne croyons pas au message avec lequel vous avez été envoyés et nous sommes, au sujet de ce à quoi vous nous appelez, dans un doute vraiment troublant”. (14:9)



LES KHALIFES

logo article Cheikh Mouhammadou Moustapha MBACKE 1927-1945
logo article El Hadji Fadilou MBACKE (1945-1968)
logo article Serigne Abdoul Ahad MBACKE 1968-1989
logo article Serigne Abdoul Khadre MBACKE 1989-1990
logo article Serigne Saliou Mbacke
logo article Serigne El Hadj Mouhammadou Lamine Bara MBACKE (2007 2010)
logo article Serigne Cheikh Sidy Moukhtar MBACKE Actuel Khalif
Complexe Hizbut Tarqiyyah sur la route de Belel Touba, Sénégal
Tel +221 33 975 10 29
Fax: +221 33 975 52 40
Email: info@htcom.sn